Brico & travaux
Category

  • Fixer au mur sans faire de trou

    Dans la chambre bicolore des enfants, nous avons voulu leur ajouter de petits porte-manteaux (avec leur prénom !), mais comment les fixer au mur sans faire de trou ?
    J’ai découvert la gamme d’adhésifs de fixation de chez 3M, que je ne connaissais pas, mais alors quel coup de cœur !!
    Hyper simples d’utilisation, ils fixent tout sur un support lisse (ça ne marche pas sur papier peint, ni sur une cloison avec du coton gratté, j’ai testé) et se décollent sans faire de dégâts. Là aussi, j’ai testé, il y en avait dans notre nouvel appart : sur le même pan de mur, les miroirs collés au double face ont enlevé des bouts de mur, mais ces attaches 3M sont parties sans dommage.

    Initialement, on les vend pour fixer les tableaux, mais vous me connaissez, il faut toujours que je tente des trucs :)

    IMG_4787

    Le produit se présente de façon sobre, avec un mode d’emploi au dos, que je vous ai épargné tellement il est peu clair… Et vous allez voir que c’est pourtant d’une simplicité enfantine !
    Détails pratiques : pour fixer au mur, il y a différentes résistances au poids (1,8 kg ou 5,4 kg comme ici), différentes tailles de « languettes » et coloris blanc ou noir. Le prix varie selon, mais on se situe autour de 5 euros.

    Une fois déballées, les languettes vont fonctionner par paire : il faut les scratcher entre elles pour obtenir une attache façon double face, avec un adhésif de chaque côté.

     

    Après, il reste à décoller les pellicules de protection et zou, on fixe. Ça va, vous avez tout suivi, pas trop compliqué ? 😉
    J’en ai mis trois, je connais mes enfants, tendance brutos, j’ai préféré assurer le coup.

    Fixation_patere_3M

    Idéalement, il faut prendre ses repères au mur, coller sur le mur, attendre une nuit et ensuite poser le tableau.
    Je suis d’un naturel impatient, j’ai tout collé dans la foulée et ça ne semble pas bouger d’un pouce.

    Resultat-patere_Lucie

    Le petit plus : je suis contente de ne pas avoir troué mes murs, certes, mais j’aime aussi l’idée que si mes loustics se pendent comme des singes au porte-manteau, ils ne risqueront pas de se faire mal avec une vis qui se serait fait la malle !

    ASTUCE : si tu veux fixer une déco sur un mur porteur, pas la peine de sortir le marteau piqueur (je me comprends, tu voix l’engin, quoi), ces petites attaches seront absolument parfaites :-)

    Resultat-patere-Romeo

    6 juillet 2016 • Brico & travaux • Views: 649

  • Peindre soi-même : niveau laser et adhésif de masquage

    Mon titre est un peu moche et fait très « technique » : mais le niveau laser et l’adhésif de masquage sont vraiment des atouts fantastiques à avoir dans sa manche quand on a des travaux à réaliser !
    Dans le cas qui m’occupe, je voulais réaliser une chambre tricolore : du blanc pour le fond, et deux couleurs à mi-hauteur, une pour chaque côté de la chambre. Vert anis pour mon fils et rose corail pour ma fille, ils partagent leur chambre mais ont besoin d’un espace « à eux ».

    Régle n°1 – Au laser tu te guideras

    FullSizeRender2

    Dans l’article « brico » précédent, je te parlais de repeindre des murs de chambre en blanc. ils ne sont pas restés blanc longtemps, puisque je voulais de la couleur à mi-hauteur, te disais-je.
    On m’avait prêté ce niveau laser de chez Bosch, je n’en ai pas testé d’autre, mais celui-ci m’a semblé génialement pratique.
    Après quelques réglages (faits par l’homme, pendant que je bricolais ailleurs), cette petite bête projetait un beau faisceau laser à la hauteur souhaitée sur mes murs blancs, me guidant ainsi pour coller mon adhésif de masquage !

    FullSizeRender1

    Et dire qu’on avait fait des marques au crayon pour se guider… Complètement inutiles avec un niveau laser de ce genre !!

     

    Règle n°2 – Sur l’adhésif de masquage tu ne lésineras pas

    Venant fraîchement de repeindre en blanc toute la chambre, j’étais un peu frileuse à l’idée de coller un adhésif de masquage sur ma peinture (à peine séchée, planning travaux très serré, j’avais un peu peur que la peinture ne parte avec l’adhésif…).
    J’ai donc opté pour un adhésif de masquage de qualité de chez 3M, spécifié pour surfaces lisses, puisque mon mur était parfaitement préparé (mais si, je te l’ai déjà expliqué !).
    Très résistant, il ne s’est pas déformé (nous l’avons décollé parfois plusieurs fois pour bien se caler). Nous l’avons ensuite « doublé » par une ligne d’adhésif de masquage beige de faible qualité, juste pour élargir la zone de protection et éviter un coup de rouleau malheureux, si vite arrivé dans l’enthousiasme général (…).

    FullSizeRender3
    Ma peinture acrylique blanche n’a pas bougé d’un pouce et les raccords sont parfaits !

     

    Règle n°3 – Une peinture de qualité tu choisiras

    Nous avons appliqué une peinture corail côté fille, et une peinture vert anis côté garçon.
    Pour la petite histoire, nous avions choisi 2 coloris de la marque Hypnotik, fraîchement débarquée au BHV Marais : eau de citron et corail.

    Capture d’écran 2016-05-26 à 22.43.32
    À la livraison, la peinture jaune s’était déversée dans tout le colis, nous laissant le soin de tout laver, mais surtout de nous précipiter au premier magasin de brico du coin pour trouver un « équivalent ». Crois-moi que les guillemets ne sont pas là pour rien : aucune comparaison possible entre la peinture de remplacement et la peinture corail prévue.
    La peinture Hypnotik est un vrai bonheur à appliquer : une couvrance géniale, une viscosité parfaite, bref une seule couche aura suffi à obtenir une teinte lumineuse, alors que les deux couches de l’autre sont restées un peu ternes… Ce sont les aléas des travaux !

    IMG_4613

    IMG_4615

    Le résultat est harmonieux, nous sommes contents de notre idée, que nous avons mené à bien avec de belles finitions !
    Le niveau laser aura bien servi, nous l’avons rendu (la mort dans l’âme) à son (heureux) propriétaire :)

    IMG_4631

    24 juin 2016 • Brico & travaux • Views: 782

  • Peindre soi-même : préparer ses murs

    Quand tu fais des travaux, tu voudrais que tout soit facile, mais il ne faut pas oublier de bien préparer ses murs pour que le rendu soit top et que tu ne galères pas trop en chemin.
    Je te raconte un peu mon aventure, mais tu y trouveras au passage des astuces bien pratiques !

    Règle n°1 – Tes murs tu prépareras

    IMG_4501

    Dans le précédent article « brico », je te parlais de bâcher ton sol et tu as pu voir une jolie photo de chambre rose à souhait.
    Voilà le premier défi qui nous attendait : repeindre en blanc deux chambres rose et mauve…

    Il a donc fallu préparer les murs : enlever chevilles, clous, adhésifs (du double face pour fixer des miroirs qui a arraché le mur en se décollant…), enduire les trous, laisser sécher, poncer pour avoir un mur bien lisse, trois fois rien, quoi !

    L’enduit, s’il t’en faut beaucoup : il existe en poudre, à préparer soi-même en mélangeant avec de l’eau. Je te souhaite bien du courage, car après il faudra tout poncer…
    S’il t’en faut peu (tant mieux !!), il en existe en petit pot déjà prêt, avec une spatulette dedans, très pratique si tu déménages et qu’on te demande de reboucher les trous que tu as fait au mur. C’est plus cher évidemment, mais c’est prêt à l’emploi (time is money).

    Tu comprends maintenant pourquoi je consacre un article au fait de préparer ses murs ?

    Après quoi nous avons pu passer 2 couches de peinture acrylique mono-couche (bravo aux gars du marketing qui ont trouvé ce nom idiot car impensable, sauf si ton mur est déjà blanc !) blanche, au rouleau (et c’est parti la muscu).

    IMG_4503

    Au passage, une astuce si tu peins au rouleau : après ta première couche, ne rince pas ton rouleau (tu perdrais de la peinture pour rien et risquerais de salir ton évier… sans parler de polluer les eaux usées) : mets-le dans un sachet congélation fermé, pour qu’il reste bien humide et ne sèche pas.
    Le lendemain matin, tu peux le reprendre direct pour la 2e couche, il est prêt à bosser (lui, hein, parce que toi, ton bras se rappelle bien de la veille…) !

    Et toi, as-tu des astuces de peinture à partager avec nous ? Mets-les en commentaire de l’article, on en profitera tous 😉

    10 juin 2016 • Brico & travaux • Views: 637

  • Peindre soi-même : astuces de protection

    Quand on s’attaque soi-même à des travaux de rénovation, il y a certaines évidences qu’on a tendance à laisser de côté, alors je vais vous rappeler les règles de base : d’abord, la protection de l’espace à rénover. Non, on ne bâche pas là où on va peindre, mais on préserve certaines zones (le sol, par exemple), mais peut-être aussi un gros meuble laissé au centre de la pièce (car compliqué à sortir).

    • Suite à un déménagement récent, j’ai largement arpenté les magasins de bricolage et de déco, vont en suivre une série d’articles bien pratiques autour de l’aménagement, des travaux et rénovations !

    Règle n°1 – Ton sol tu bâcheras

    Sol_bache

     

    Certes, la bâche a un coût (dont le prix est proportionnel à sa solidité et donc à son épaisseur), mais elle vous évite vraiment bien des misères : le pinceau qui tombe et roule sur tout le parquet, le pot dans lequel on butte en fin de journée car la fatigue se fait sentir, bref autant de galères évitées avec la pose d’une protection. Là, tu viens de comprendre que le journal étalé au sol, ça ne fera pas l’affaire, ce n’est pas là que tu grapilleras quelques euros sur ta factura finale.

    Bache_CastoJ’avais opté pour la bâche de protection pas chère (environ 3 euros) de chez Casto, vraiment pas très résistante, il fallait faire attention à bien soulever l’escabeau, sinon hop un trou. Mais elle a fait l’affaire.
    Avant de peindre, on enlève les plinthes (si si) et on prend le temps de fixer sa bâche de protection avec un adhésif de masquage (même du bas de gamme, pas la peine de prendre le top pour ça, mais ailleurs siiiii, on y reviendra).
    On pense aussi à mettre une serpillère en sortie de pièce : si les semelles des chaussures sont tachées, pas la peine de décorer toute la longueur du couloir…

     

    Découverte récente et coup de cœur : la bâche 3M en rouleau, avec adhésif intégré et système pour découper la longueur qu’on veut. Il reste à la déplier pour couvrir un meuble, pour ma part ce fut le plan de travail de la cuisine qui a servi de stockage à tout le matériel de peinture, je n’avais pas envie de le saboter avant même de m’en servir. 😉

    Bache_deroulante

    Bache-decoupe

    J’espère que ce premier article t’a été utile, n’hésite pas à ajouter en commentaire tes propres astuces, elles serviront à tout le monde !

     

    26 mai 2016 • Brico & travaux • Views: 1764